Sous le ciel de Colombo

Où souhaitez-vous aller ?

Entrez des mots-clés pour faire une recherche.

Sous le ciel de Colombo

Personne ne traîne à Colombo, on y passe en coup de vent, impatient de s’enfoncer dans la langueur de l’île. Aussi désarticulée soit-elle, la capitale tire néanmoins une flamboyance de l’océan Indien, qu’elle longe sur des kilomètres, de ses quartiers survoltés et de son ciel au crépuscule, presque surnaturel.

Qu’on y arrive ou qu’on y revienne après un mois sur l’île, Colombo nous apparaît ainsi : éparpillée. Littéralement coupée du monde pendant la guerre civile, elle veut se mettre au pas, et vite. Confondu, secoué, fasciné, ébloui : c’est ainsi qu’on prend Colombo, à pied, comme elle vient. Et dans un ordre incohérent, un peu fou, cela va de soi.

Galle Road. Cette colonne vertébrale de la ville, deux raies de quatre voies rapides et commerciales, est parallèle à l’océan. On y trouve autant la carcasse d’un Marriott en construction que Temple Trees, la résidence du premier ministre que surveillent des miradors. Une fois qu’on a marché la rue depuis le Fort jusque dans Bambalapitiya, un trajet de plusieurs kilomètres, il faut migrer au bord de l’eau.

C’est là que passe la ligne de train vers Galle, à grand fracas, avec ses passagers assis sur les marchepieds ou la tête à la fenêtre. On y échange de brûlants regards, curieux, jamais inquisiteurs. Il faudra y monter : dix roupies pour dix kilomètres. Ça ne coûte rien, et on y voit tout.

Fort. Dans cette ancienne zone coloniale remise à neuf et un brin aseptisée, l’atmosphère est à la fois ancienne et moderne. Bien des bâtiments sont le miroir des empires s’étant succédé sur l’île : Portugais, Anglais, Néerlandais… Il faut visiter le Dutch Hospital, bâti au début du XVIIe siècle et bien restauré, qui abrite aujourd’hui les boutiques chics et les grands restaurants du pays.

Au nord de la zone, le Cargills Main Store et le Lloyds Building, fanés mais entiers, Pour lire la suite: Lien: http://www.ledevoir.com/art-de-vivre/voyage/451367/sri-lanka-sous-le-ciel-de-colombo


Source: Geneviève Tremblay, Le Devoir, 3 octobre 2015

Crédit photo: Geneviève Tremblay / Le temple bouddhiste Gangaramaya est un écosystème surchargé où tout s’arrête, étrangement. 

 

Nadine

Nadine

Votre conseillère en voyages T.514.714.1510 Agence de voyages Terre et Monde située au 1460 chemin Gascon, Terrebonne Qc, J6X 2Z5 Détenteur d'un permis du Québec 702007

Laissez un commentaire